Pling ploung ...

Publié le par WENS

Il y a peu de chanteurs dont j’achète les oreilles fermées les albums, mais c’est le cas pour Alain Bashung.
Comme c’est un homme délicat, il fait un CD tous les 5 ou 6 ans et c’est bien comme ça.
Le précédent, “ l’imprudence” est à mon sens un sommet qu’il ne dépassera pas, mais chaque album a son charme étrange et vous aurez compris que  pour moi, il pourrait chanter la liste des courses.
L’événement musical de ce mois d’avril, hormis celui de Bashung, c’est la sortie du deuxième  album des “ Hitchcock go home “, mais j’ en reparlerai quand je l’aurais écouté !
J’ai chopé un soir tard sur la téloche un bout de l’émission “ Taratata “ de l’insupportable Nagui , ( il n’est pas plus insupportable qu’un autre présentateur, ils le sont tous autant ), juste au moment où Bashung, qui me fait toujours pensé à Robert Mitchum, une autre de mes références absolue, arrivait pour chanter.
Chapeau noir, costume noir, écharpe noire, lunette noire, un look très youpi-tralala.
Plutôt élégant, mais surtout Mitterrandien.
Pourquoi Mitterrandien ?
Un peu à cause du chapeau et de l’écharpe, mais aussi parce qu’il avait l’air dépourvu de poils, si vous voyez ce que je veux dire.
Chauve, livide, en pleine forme, quoi !
J’espère qu’il s’est rasé le crâne sur un coup de tête, ça m’attristerais de vous parler aujourd’hui du dernier album d’Alain Bashung...

Publié dans blog.captain.arobase

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article