Vers l’aventure au galop...

Publié le par WENS

J’ai passé mon enfance à galoper sur un cheval imaginaire noir comme la nuit et rapide comme l’éclair.
À partir de cinq ans, j’ai demandé systématiquement au père Noël un costume de Zorro, mais alors, c’est pas facile de se faire comprendre. Je voulais un costume de Zorro, pas une panoplie !
À chaque coup, c’était pareil, le chapeau avait gros Z en feutre blanc dans un écusson, la cape était doublée en rouge ou le masque était un affreux loup en plastique.
Bon, je les portais quand même ces panoplies, mais je sentais bien que ça faisait doucement rigoler Tornado, mon cheval noir comme la nuit et rapide comme l’éclair.
Et puis un jour, ma mère a eu l’idée de découper  dans un bout de tissu noir, un bandeau avec deux trous pour les yeux et dans une vieille robe en satin une cape plus vraie que la vraie.
Si vous n’avez jamais posé sur vos yeux le masque de Zorro, vous avez manqué quelque chose, croyez moi. Le rôle de justicier masqué, c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres !
Il n’y a pas d’autre Zorro que celui de la série télé de 1954 de Walt Disney. Zorro, c’est Guy Williams et un point c’est tout !
J’ai fait découvrir cette merveille à ma fille. J’avais un peu peur que ça ait beaucoup vieilli, mais ça n’a pas prit une ride et elle a tout de suite été conquise. Cinq minute après, elle avait à son tour grimpé sur le dos de Tornado, noir comme la nuit, rapide comme l’éclair, cheval imaginaire qui a emporté tant d’enfants vers la Californie de carton pâte de Walt Disney.
J’étais un peu jaloux, quand ma fille a posé sur son visage le bandeau de tissu noir : “ c’est le vrai masque de Zorro, ça papa !”
La vache, du premier coup, quel chance !

Publié dans blog.captain.arobase

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article