À part ça, la vie est belle…

Publié le par WENS

C’est la journée de la torture, tralala et youp la boum !
Ces journées de ceci et de cela, c’est merveilleux, il faut vraiment être journaliste pour y voir une quelconque utilité. C’est la journée du « marronnier », la journée du « bouche-trou », la minute de respiration sans sa majesté Sarkozy dans le journal parlé.
 Un truc qu’il faut d’urgence instaurer : une journée complète sans prononcer le nom de l’hyper président. C’est difficile à imaginer et plus encore à réaliser, mais on devrait y avoir droit, une seule toute petite journée sans présence du Small brother !
On devrait monter un collectif, organiser des manifs, faire circuler des pétitions pour obtenir la libération de notre libre-arbitre injustement retenu en otage par les médias…
Moi aussi, je devrais faire un effort pour parler d’autre chose, on voit bien qu’il est le sujet qui nous gouverne. Bon, causons d’autre chose…
D’écologie ?
Tout le monde en a assez aussi ! Sarko et le réchauffement de la planète, ça commence à bien faire !
En plus, si ça continue comme ça, on va avoir un été pourri alors le réchauffement, hein, tu parles si on s’en tamponne !
Les bisous ?
Ça vous intéresse, les bisous ?
Il y a des gens qui vous rajoutent des bisous à la fin des lettres, ou des bises…
 Eh oh ! J’embrasse pas comme ça moi !
Mais les bisous de papier, à la rigueur, c’est supportable, ce qui est le plus encombrant, c’est les bisous en chair et en os, ( plus souvent en chair qu’en os heureusement !).
 C’est bien un truc de gonzesse ça.
 Nous les hommes, les vrais, pas les bouffeurs de yaourts, entre nous, c’est poignée de main virile et grandes tapes dans les endosses, pas ces couinements mouillés accompagnés de hochements de tête ridicules !
J’ignore quel est le pervers qui a lancé cette mode des embrassades de France, mais mes muqueuses ne lui disent pas merci !
Franchement, les filles, vous aimez ça vous faire lécher la frite à longueur de journée par le moindre blaireau ravi d’approcher d’un peu près vos douces joues admirablement carnées ? ( t’enlève la peau, il n’y en a plus un pour dire bonjour, je vous assure que ça se joue à pas grand-chose !)
Bon sang, je trouve ça plus intime qu’une main aux fesses et vous ne bronchez pas ?
Mal rasés, pas très propres, transpirants : telles Mère Térésa au chevet d’un mourant, vous tendez la joue en souriant…Vous êtes vraiment des saintes !
C’est pas que je n’aime pas embrasser les filles, c’est pas ça, c’est plutôt que j’aimerais bien que ce ne soit pas un geste machinal, une convention collective.




 Gardons ces tendres effusions pour de la réelle affection !
Et puis surtout, je ne sais toujours pas trop comment il faut faire : carrément simulacre ou vrai bisou ?
La poigné de main, tu sais plus ou moins te situer, si tu t’arrêtes avant de broyer les cartilages, c’est correct.
Le bisou, c’est vachement plus subtil, du coup, ne voulant pas briser des c¦urs par inadvertance, j’ai plutôt tendance à éviter le sujet. Inévitablement, je passe parfois pour un garçon un peu distant, voir maladroit et croyez-moi, elles adorent ça ! Comme quoi, c’est vraiment un cercle vicieux.
Pour parer au plus pressé, je tends délibérément une main virile mais correcte, malgré cela, il y a toujours celle qui approche sa joue en même temps rendant du même coup ma main superflue et quelque peu suspecte.
Non, c’est vraiment trop compliqué, et je ne parle même pas du vecteur de miasmes que représente les joues d’une fille un peu sociable…Si tu n’es pas le premier à lui dire bonjour, tu fais surtout des bisous aux bisous qui t’ont précédé et c’est assez dégueulasse !
Sans compter que quelquefois des substances assez louches, chimiquement parlant, traînent sur ces surfaces faciales.
 Désolé, mais je n’embrasse que bio ! ( c’est assez difficile de déclarer ça au moment de dire bonjour, avouez-le ! )
Un truc qui m’a plu chez Ségolène Royal, c’est quand, pressée de toutes parts dans un bain de foule, quand elle a dit : « désolé, je n’embrasse pas ! » Ah, enfin une femme libre !
Il ne faut pas l’ébruiter, mais Ségolène et moi, on s’écrit…
 Je lui ai envoyé une lettre pour lui dire ce que je pensais de certaines choses dans sa communication, et elle a été très fair-play, elle m’a renvoyé un gentil petit mot, «  …nous avons encore beaucoup de choses à faire ensemble », qu’elle m’écrit. Comme je sais qu’elle a des soucis sentimentaux en ce moment, j’ai fait semblant de ne pas comprendre,(toujours gentleman !), je vais laisser passer un peu de temps avant de lui répondre, pour pas qu’elle s’imagine des choses.
En tout cas, on voit que c’est une femme raffinée, elle n’envoie pas des bisous sur ses lettres ! 

Voilà, c’était la journée de la torture, c’est mieux de parler des bisous, non ? J’aurais préféré entendre ça ce matin au petit-déjeuner radiophonique, plutôt qu’une liste détaillée des tortures dans le monde, mais que voulez-vous, la planète est pleine de types qui n’ont pas compris qu’avec un peu de patience, ton ennemi fini toujours par mourir tout seul !

Publié dans blog.captain.arobase

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article